Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/04/2013

DERNIÈRES INFORMATIONS

NOUVELLE VICTOIRE HOMO

La fédération internationale des jeux mondiaux homosexuels réunie à Cleveland (États-Unis) le 7. 10. 2013 à élu Paris pour organiser la Xe édition des jeux mondiaux sportifs homosexuels en 2018.
Champagne ! 

INFORMATIONS SUR LA RÉSISTANCE AU MARIAGE HOMO, À LA THÉORIE DU GENRE ET À LA DÉRIVE MORALE DE NOTRE SOCIÉTÉ.


Le mariage homo nous a été imposé par surprise le 18 mai 2013 de façon tout à fait légale mais aussi de façon tout à fait antidémocratique, car on ne procède pas à un tel changement radical de civilisation sans consulter les électeurs par référendum.

Je pense que cette loi est mauvaise et qu'elle doit d'abord être abrogée purement et simplement, et que ce n'est qu'après l'avoir abrogée que l'on pourra discuter et décider calmement entre toutes les parties intéressées de ce qui pourrait être fait pour faciliter la vie des homosexuels.

Il est légitime que ceux qui la trouvent mauvaise entrent en résistance par tous les moyens légaux pour obtenir son agrogation.Les opposants les plus lucides et les plus déterminés ne se résigneront jamais à accepter ce coup de force légal.
Ce blog n'a pas pour but d'inciter les citoyens à commettre des actes illégaux ni à troubler l'odre public. Mais il faut s'attendre à ce que les médias, influencés par le pouvoir, les partis de gauche et les milieux homosexuels infuents, fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour étouffer la voix de la contestation.
Ce blog a pour but de la faire entendre.

Premier acte effectif de résistance d'un maire au mariage homo

D’ après une information publiée sur le site Le Point.fr le 24.8.2013, la maire d’extrême droite de Bollène dans le Vaucluse, Mme Marie-Claude BOMPARD, a refusé de marier deux femmes homosexuelles Amandine et Angélique, en raison de ses convictions religieuses, comme la loi Taubira lui en fait obligation sous peine de sanctions pénales pouvant s‘élever à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende pour "obstruction à la loi par une personne dépositaire de l'autorité publique".

Au cours d’un entretien les deux femmes ont suggéré à la maire de Bollène de déléguer sa prérogative à l’un de ses adjoints, ce qu’elle a refusé de faire en leur déclarant qu’elle respectait les couples homosexuels et quelle n’était pas opposée aux personnes mais à une loi.
Les deux candidates au mariage ont déclaré au journal local Nice Matin qu’elles avaient l’intention de saisir le Préfet. La maire de Bollène ira-t-elle jusqu’au bout? Affaire à suivre.

Commentaire : La résistance des maires opposés au mariage homo ne se manifestera qu’au fur et à mesure que les demandes de mariage arriveront sur leur bureau et chacun réagira à sa façon.
Je pense que l’opposition au mariage homo n’est pas strictement une affaire de politique ou de religion, et qu’elle finira par rassembler un large éventail de personnes de tous les horizons.
On ne peut pas reprocher à l’extrême droite ni à n’importe quel parti d’opposition au gouvernement 
d’exploiter les erreurs de la gauche, une gauche qui dit combattre le Front National tout en lui déroulant le tapis rouge.
Cela me permet de rappeler un principe de philosophie matérialiste selon lequel “tout se tient dans la nature. Rien n’est indépendant. Tout dépend de tout et tout agit sur tout. Et aussi que toute action entraîne une réaction”.

Bollène : finalement une adjointe célébrera l'union homosexuelle
Publié par Le Point.fr le 27/08/2013

La maire FN de Bollène refusait d'unir deux femmes. C'est finalement l'une de ses adjointes, jacqueline Morel, elle-même opposée au mariage homosexuel qui s'en chargera. Elle a pris personnellement l’initiative d’informer le préfet que le mariage serait célébré le 10 septembre.
Dans un communiqué à la presse Marie-Claude Bompard a fait savoir "qu’elle ne lui en avait pas délégué le pouvoir puisque pour marier, un adjoint n'a nullement besoin d'une délégation spéciale du maire contrairement aux conseillers municipaux.
Auparavant Florian Philippot, vice-président du Front national avait estimé que Marie-Claude Bompard, une ancienne figure du FN en Paca, devait "respecter la loi", marier ou déléguer.

La loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a été votée par le Parlement le 23 avril et promulguée le 18 mai. Elle a été vivement combattue dans la rue par ses opposants, qui se sont massivement mobilisés à plusieurs reprises, tandis que
17 000 maires et adjoints avaient signé un appel pour réclamer le droit à une clause de conscience afin de ne pas célébrer d'unions homosexuelles.

Après avoir reconnu devant le Congrès des maires une possible "liberté de conscience", le président de la République François Hollande est revenu sur cette promesse en novembre en assurant que la loi sur le mariage homosexuel s'appliquerait partout.
Cela vérifie encore une fois ce que Charles Pasqua a déclaré un jour à la télévision, à savoir “qu’en politique les promesses électorales (qu’elles viennent de gauche ou de droite : ndrl), n’engagent que ceux à qui elles s’adressent”.

Commentaire
: Il est évident qu’en prévision des prochaines élections municipales, un maire opposé au mariage homo ne peut ni démissionner, ni prendre le risque d’être suspendu par le Préfet. Il lui faut continuer à occuper le terrain et gagner la prochaine élection municipale pour mieux combattre le mariage homo. Simple question de stratégie.
Le mariage homo (qui à mon avis n’est pas de l’intérêt de la majorité des homosexuels, ni d’ailleurs de la gauche), a offert une occasion en or aux partis de droite et d’extrême droite pour se refaire une santé, et aux religions pour resserrer leurs rangs qui commençaient à se relâcher.
Il y aura un avant et un après le mariage homo qu‘il est impossible de prévoir, mais une chose est sûre à terme des choses vont bouger de façon durable dans notre société. 

En route pour Homoland
À Sallèles-d’Aude, un village de loisirs réservé aux homosexuels
L’Indépendant du 31. 7. 2013

Un promoteur anglais dénommé “The Village Group” a obtenu, sans dévoiler ses intentions réelles, le permis de construire d’un ensemble résidentiel ciblant particulièrement une clientèle homosexuelle.
Cet ensemble baptisé “Le Village Canal du Midi” comporte 126 logements vendus 236 000 ou 248 000 euros.
A aucun moment, pas plus dans les discussions préliminaires que sur la plaquette de présentation, la destination de ce complexe touristique n’avait été précisée. Mieux : sur une des images, on voyait des couples hétéros se balader dans les allées. Or, la même image figure à présent dans la brochure destinée à la clientèle mais cette fois avec des couples homos.

Yves Bastié, le maire de Sallèles qui est tombé des nues en l‘apprenant, s'interroge aujourd’hui sur les réactions que cette réalisation provoquera. Mais pour l’heure le projet qui pèse 20 à 30 millions d’euros n'est pas remis en cause.
Sallèles-d’Aude commune de 2618 habitants pourrait voguer vers un nouveau destin. Pour l’instant on ne peut que se poser quelques questions. La commune et ses environs deviendront-ils un pôle d’attraction pour la communauté homo.... et pour les curieux ? Verra-t-on s’ouvrir de nouveaux commerces ? Le prix des maisons va-t-il grimper ? Quoi qu’il en soit, pour Sallèles-d’Aude rien ne sera plus comme avant.

Allemagne : Une mère de douze enfants condamnée à 43 jours de prison

Cela s’est passé en Allemagne, mais étant donné l’orientation impulsée à la société par le pouvoir actuel, il est bon de le rappeler, car cela pourrait bien arriver chez nous.

Selon une dépêche de l’agence Zénith du 9 mars 2011, une mère de douze enfants, Irene Wiens, a été condamnée le 3 février 2011 à 43 jours de prison, pour avoir refusé d’inscrire trois de ses enfants au programme d’éducation sexuelle, dans une école primaire de Salzkotten (Nord-ouest de l’Allemagne)

La mère et son époux appartenant à une communauté baptiste s’opposent au programme gouvernemental d’éducation sexuelle à l’école primaire pour des raisons religieuses. Le couple affirme que ses droits sont protégés par la Convention européenne des droits de l’homme, dont l’Allemagne est l’un des signataires.

Ils invoquent l’article 2 du Protocole additionnel à la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales qui stipule que :

“L’État, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques.”

Ce n’est pas la première fois que des parents allemands sont incarcérés pour s’être opposés à l’imposition du cours d’éducation sexuelle à leurs enfants à l‘école primaire. Fin 2009, huit familles s’étaient vu imposer de lourdes amendes et les pères de famille avaient été condamnés à de la prison ferme pour s’être opposés à l’imposition du cours d’éducation sexuelle à leurs enfants.

Ces amendes avaient suivi de peu la décision de la Cour constitutionnelle allemande du 21 juillet 2009, qui statuait que l’obligation scolaire l’emportait sur les droits parentaux quand la « neutralité » et la « tolérance » de l’école publique s’opposent aux conceptions pédagogiques des parents.

Comme l’éducation sexuelle est au programme, tous les enfants sont tenus de suivre cette instruction quoi qu’en pensent leurs parents.

En 2007, malgré les protestations répétées des parents, la direction de l’école avait imposé aux enfants de prendre part à une pièce de théâtre intitulé « Mon corps m’appartient » . Ce programme prétend s’attaquer aux abus sexuels sur les enfants, mais selon l’avocat des familles, pour les enfants de huit à dix ans qui devaient y participer, le message est clair :

“Mon corps n’appartient qu’à moi, je suis le seul à décider de mon propre corps, en matière de sexualité ce sont mes sentiments qui priment, c’est ce que je ressens qui est vrai et qui est bon”.

Selon le conseil juridique des parents, cette éducation sexuelle crée un fossé entre l’enfant et les parents qui veulent leur transmettre d’autres valeurs. Les parent n’ont plus leur mot à dire. Les sentiments des enfant sont plus importants que l’éducation morale que leur parents veulent leur transmettre. L’enfant est affranchi de toute morale sexuelle. On lui propose le libertinage comme règle de vie, car seuls les sentiments, c’est-à-dire la volupté, servent de base en la matière.

En outre, la pièce contrevient au Code criminel en vigueur, dont l‘article 176 réprime sévèrement  toute relation sexuelle avec un enfant de moins de 14 ans. Or dans cette pièce, l’important pour tolérer ou refuser les relations sexuelles d’un enfant n’est pas tant son âge, mais son sentiment positif ou négatif envers quelqu’un.

Depuis 2006, on compte en Allemagne 35 cas de parents condamnés pour la même raison. Plusieurs d'associations défendent le droit des parents à choisir l'éducation de leurs propres enfants sur une question aussi délicate.

Une nouvelle devise pour la République
Liberté, égalité.... vulgarité

François Hollande a dévoilé dimanche 14 juillet 2013 le portrait de la nouvelle Marianne sur les nouveaux timbres-postes. Le nouveau visage de Marianne a été choisi par le président François Hollande comme symbole du pays parmi 15 prétendantes. Et la gagnante est …. l’ukrainienne Inna Shevchenko, fondatrice des Femen, ce groupe féministe bien connu pour ses actions “commandos” les seins nus.
En l’apprenant, Inna shevchenko s’est exclamée sur Twitter : “Désormais, tous les homophobes, extrémistes et fascistes devront lécher mon cul (càd : le dos du timbre) pour envoyer une lettre !”
Ces derniers mois, les FEMEN avaient multiplié les interventions pour défendre le droit au mariage homosexuel. Olivier Ciappa, le créateur de ce timbre a déclaré qu‘il avait retenu Inna Schevchenko parce qu’elle incarnait très bien les valeurs de la République.

Tourcoing : deux conseillers municipaux quittent le PS
en raison de leur opposition au mariage gay 

D’après Nordéclair du 13. 7. 2013, deux conseillers municipaux de Tourcoing, Houari Bouissa et Shéhérazade Bentorki, ont quitté le PS, et l’un d’eux, Houari Bouissa a même démissionné du Conseil municipal à la suite de la mise en place du mariage homo par la municipalité.
Shéhérazade Bentorki (ex-championne de France de lutte) a déclaré : “Seule mon opposition au “mariage pour tous a guidé ma conduite. j’ai mûrement réfléchi au devenir et à la place de la famille au sein de notre société et je ne partage pas la nouvelle image de la famille que véhicule le Parti socialiste”.

Après la gay pride à Paris.....
L’euro pride à Marseille

Nous n’en avons pas fini avec les défilés de propagande homosexuelle sur la voie publique.
Maintenant que le mariage homo leur a donné officiellement le feu vert, toutes les occasions seront bonnes à saisir pour organiser des manifestations publiques et tapageuses de fesses prometteuses.

Du 10 au 20 juillet 1013 Marseille vivra au rythme de l’Euro pride, le plus grand évènement homosexuel international organisé en Europe avec la participation de gays venant du monde entier. Pendant 10 jours, un programme militant, artistique, culturel et festif organisé à travers la ville fera de Marseille la capitale européenne de la culture et de l’homosexualité.

Alors l'homosexualité : une idéologie ?...... une affaire de fric ?......
ou les deux à la fois ?


Mariage gay : les maires réfractaires passent à l'offensive
Le Point.fr du 2. 7. 2013

20 000 maires et adjoints se battent pour faire reconnaître leur "liberté de conscience".
Mardi 2. 7. 2013, le “Collectif des maires pour l‘enfance” qui représente quelque 20 000 maires et adjoints au maire de droite comme de gauche a déposé au Conseil d'État une requête pour annulation "par excès de pouvoir" de la circulaire de Manuel Valls.

Dans une circulaire adressée aux préfets le 13 juin, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a rappelé qu’en tant qu'officiers d'état civil, les édiles sont chargés d'appliquer la loi promulguée le 17 mai dernier. Sinon, ils s'exposent à des poursuites pénales (5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende), ainsi qu'à des sanctions disciplinaires (suspension temporaire ou révocation).

Même si la loi sur le mariage gay a été promulguée, certains maires tentent de s'y opposer. Alors le Collectif des maires pour l'enfance passe à l'action.
"Il y a excès de pouvoir, a déclaré Franck Meyer porte-parole du Collectif , car cette circulaire ne respecte pas notre liberté de conscience reconnue à tous, y compris aux officiers d'état civil, par le préambule de la Constitution de 1946 et la Déclaration des droits de l'homme de 1789. On ne cherche pas à devenir des symboles mais à faire valoir notre liberté de conscience”.

Cette "liberté de conscience", les maires réfractaires y tiennent dur comme fer. Ils rappellent que le président François Hollande a été le premier à l'évoquer au dernier Congrès des maires de France, avant de revenir précipitamment sur ses propos.
Dans les prochains jours, le député UMP de la Manche Philippe Gosselin déposera une proposition de loi destinée à organiser la liberté de conscience. "L'objectif est de mettre en place une concertation entre procureur et préfet pour permettre de désigner un délégué de l'État chargé de célébrer le mariage gay si ni le maire, ni ses adjoints ne désirent le faire".

Aujourd'hui un maire ne peut déléguer le pouvoir de célébrer un mariage aux conseillers municipaux, que si lui-même et ses adjoints sont "absents ou empêchés".
"La liberté de conscience pour les officiers d'état civil”  notamment à l’occasion de mariages gays pourrait être à l’ordre du jour du prochain Congrès des maires de France prévu pour novembre.

USA :  le point sur le mariage gay
AFP du 2. 7. 2013

Dans deux décisions distinctes, la Cour Suprême américaine a permis mercredi aux homosexuels légalement mariés d'obtenir les mêmes droits que les couples hétérosexuels, et a rétabli la légalité de ce mariage en Californie.
Elle s'est en revanche gardée de légaliser le mariage gay à l'échelle du pays, où il n’est possible à ce jour que dans 13 Etats sur 50, plus la capitale Washington.

Condamnation d'un opposant au mariage gay
AFP du 19. 6. 2913

Un opposant au mariage homosexuel Nicolas Bernard-Busse, un étudiant parisien de 23 ans, a été condamné le 19. 6. 2013 à deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour rébellion par le tribunal correctionnel de Paris. C'est la première condamnation assortie d'un mandat dépôt prononcée à l'audience à l'encontre d'un opposant au mariage homosexuel.

 “La Manif Pour Tous” réagit.

D'après nos informations, Nicolas B., 23 ans, interpellé sans raison, a été condamné notamment parce qu'il a cherché à éviter son interpellation, la sachant non justifiée. Lourdement condamné, Nicolasa été en outre mis sous mandat de dépôt à l‘audience, mesure exceptionnelle, l'empêchant de retrouver la liberté en attendant l'appel. Un nouveau cran a été franchi après la répression policière, destinée à intimider et à stopper le mouvement. On passe maintenant à la répression judiciaire !
Profondément heurtée et choquée par la condamnation de Nicolas B. “La Manif Pour Tous”, se propose de constituer un Collectif d'avocats pour le défendre et de mettre en place diverses actions juridiques, tant européennes qu’auprès de l'ONU.

Un ancien ministre proteste contre son incarcération

Dans un communiqué publié le 20. 6. 2013, Hervé Mariton, ancien ministre UMP et député de la Drôme, a exprimé son incompréhension après la condamnation à deux mois de prison ferme avec incarcération immédiate, d'un militant opposé au mariage homosexuel.
Dans le respect de l'autonomie de l'autorité judiciaire, cette condamnation lui paraît bien sévère, au regard de désordres constatés dans d'autres circonstances et bien moins sanctionnés.
Il a affirmé que dans une république respectueuse de l’égalité pour tous des décisions de justice, Nicolas devrait sans délai recouvrer sa liberté.

Manifestation de soutien à Nicolas

Environ 500 partisans de la Manif pour tous selon la police, ont manifesté vendredi soir 21. 6. 2013 devant le Panthéon à Paris pour exiger la libération de Nicolas Bernard-Busse.
Les manifestants brandissaient des drapeaux tricolores et scandaient divers slogans : "dictature socialiste", "libérez Nicolas". Certains portaient des bérets et deux jeunes femmes arboraient des bonnets phrygiens tandis qu'un camion sono diffusait une musique tonitruante.

Au micro, un orateur a fustigé "le terrorisme intellectuel qu'on nous impose aujourd'hui", et s’est écrié : « Nous ne lâcherons rien", reprenant le slogan scandé pendant les grandes manifestations nationales à Paris.
Me Benoît Gruau l'avocat de Nicolas a pris brièvement le micro pour expliquer qu'il avait reçu des coups lors de son interpellation. Il a dénoncé l'absence de débat contradictoire dans l'enquête, pour finir par appeler "au calme, à la sérénité".
Le rassemblement s'est déroulé sans incident et s'est dispersé vers 20 heures.

Vous pouvez lui écrire

Nicolas va plutôt bien compte-tenu de ce qui lui arrive. 
Le fait d'être isolé le protège, mais c'est évidemment plus qu'austère. Il n'a ni livre, ni tv, ni téléphone. Les courriers qu'il reçoit le soutiennent et le distraient beaucoup. 
Vous pouvez lui écrire à l'adresse suivante pour lui manifester votre soutien : 

Centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis
Maison des hommes
M. Nicolas Bernard-Buss
N° d'écrou : 404-247
7 avenue des Peupliers
91700 Fleury-Mérogis 

La Russie interdit l’adoption d’enfants russes par des couples homosexuels étrangers

La Voix de la Russie du 18. 6. 2013
http://french.ruvr.ru/news/

Les députés de la Douma (chambre basse du parlement russe) ont adopté en deuxième lecture par 444 voix pour et aucune voix contre, les amendements interdisant l'adoption d'enfants russes par des couples homosexuels étrangers.
Cette loi doit encore être approuvée par la chambre haute et être signée par le Président Poutine.
Selon les députés, il était nécessaire de revoir les textes sur l’adoption depuis la légalisation du mariage homosexuel par certains pays, notamment en France.

Un enfant russe adopté par des homosexuels américains victime de violences sexuelles
Moscou, Ria Novosti du 1. 7. 2013

Un enfant russe adopté par un couple homosexuel américain a été victime de pédophilie, a fait savoir le   président russe pour les droits des enfants Pavel Astakhov.
L'enfant a été victime d'au moins huit pédophiles en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, où il a été emmené pour prendre part au tournage de films pornographiques". D'après M.Astakhov ce ne serait pas un cas isolé d'exploitation sexuelle d'enfants russes adoptés par des étrangers.

Un maire du Pays Basque refuse de célébrer un mariage gay

D’après France 24 du 9. 6. 2013

                                Jean-Michel COLO.jpg

Jean-Michel Colo, le maire divers droite d'Arcangues (Pays basque), ainsi que ses adjoints refusent de marier un couple homosexuel qui en avait  fait la demande fin mai.

Nous avons informé le préfet que nous ne célébrerions aucun mariage homosexuel à Arcangues", a déclaré Michel Colo au "Journal du Pays basque". "Chacun fait ce qu'il veut quand il ferme la porte de sa chambre, mais si on me demande en tant que maire de cautionner cela, alors là je suis très mal à l'aise", a-t-il ajouté.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a rappelé samedi que les maires qui refuseraient de marier des couples homosexuels s'exposaient à des "sanctions importantes".
En cas de dépôt de plainte ils peuvent être condamnés pour discrimination et risquent  "jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende". Ils peuvent aussi être suspendus en Conseil des ministres, voire faire l'objet d'une "révocation".

Aux dernières nouvelles
AFP du 21. 6. 2013

Nous apprenons que le maire d'Arcangues Jean-Michel Colo,
a réitéré son refuse de marier un couple d'homosexuels. Il a maintienu sa position au lendemain d'une réunion sur le sujet en mairie avec ses adjoints.
(Affaire à suivre)

Soutien au maire d''Aracangues

              

La Manif Pour Tous affirme son soutien au maire d'Arcangues qui refuse de marier deux personnes de même sexe, au nom de la liberté de conscience.
Parce qu’ « il n’appliquera pas une loi illégitime », Jean-Michel Colo, maire d’Arcangues, a déclaré qu’il ne « marierait » pas deux personnes de même sexe. Premier élu à oser, courageusement, affronter menaces et pressions, il sera sans doute suivi d’autres maires.

En concertation avec les Maires pour l’enfance, La Manif Pour Tous a exprimé tout son soutien au maire d’Arcangues. Elle l’a informé que ses avocats se tiennent prêts à le défendre bénévolement devant la justice et ses sympathisants à se rassembler en nombre.

Monsieur Hollande s’était engagé à ce que « la loi s’applique à tous, dans le respect, néanmoins, de la liberté de conscience ». Il s’était, malheureusement, rétracté dès le lendemain face à la pression du lobby LGBT.
De son côté, comme elle l’avait annoncé, La Manif Pour Tous est et sera solidaire de tous les maires qui seraient confrontés au même cas de conscience. La Manif Pour Tous, elle, ne revient pas sur ses engagements !

Un deuxième maire réfractaire au mariage gay

A
près le Maire d'Arcangues, c'est le maire de Mésanger, en Loire-Atlantique, qui a marqué son refus de célébrer le mariage de couples homosexuels.
Le droit à l'objection de conscience, c'est ce que demandent Jean-Michel Colo et Jean-Yves Clouet, malgré les fortes pressions qu'ils subissent de la part des pro-mariage.
Vous pouvez lui écrire à l'adresse suivante :
maire@mairiemesanger.fr

Haro sur la famille !

Il est plus facile de détruire que de construire.
L’article 212 du Code Civil sur le mariage stipule que :
Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours et assistance.
La famille était déjà mal en point, mais sous le prétexte fallacieux de “progrès”, certains  s’acharnent à vouloir détruire ce qu’il en reste au lieu de chercher à la restaurer,
Il en est ainsi de Mme Caroline Mecary, une éminente avocate spécialisée dans la défense des droits des homosexuels et Conseillère régionale Île de France d‘Europe écologie.
En février 2013, elle a demandé la suppression de la notion de fidélité dans le mariage.
La fidélité étant une condition du respect de l’autre autant demander aussi la suppression du mot respect. S’il n’y a plus de morale entre adultes et entre parents quelle morale pourra-t-on enseigner aux enfants dans les écoles ?

Est-ce le début de la Bérézina pour le PS ?
Législatives partielles : le PS perd deux sièges à l'Assemblée nationale.
La Monde du 10.6. 2013

Le PS a perdu deux sièges à l'Assemblée nationale, dimanche 9 juin 2013 à la suite de deux législatives partielles des Français de l'étranger. Ces scrutins permettent au très sarkozyste Frédéric Lefebvre (UMP) de faire son retour sur les bancs de l'institution, et au vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Meyer Habib (UDI) d'y faire son entrée.
Dans les deux cas les scrutins étaient organisés pour remplacer des députées socialistes élues en mai 2012 dont les comptes de campagne ont été invalidés, entraînant leur inéligibilité pour un an.

Dans la 1re circonscription (Etats-Unis et Canada), Frédéric Lefebvre, 49 ans, ex-secrétaire d'Etat au commerce et au tourisme, a obtenu 53,72 % des voix contre 46,28 % pour le socialiste Franck Scemama.
Dans la 8e circonscription (Chypre, Grèce, Israël, Italie, Malte, Saint-Marin, Saint-Siège, Turquie), où les Franco-Israéliens, forment la majorité de l'électorat (66 000 environ sur 112 000) Meyer Habib, 52 ans, bat l'UMP Valérie Hoffenberg avec 53,5 % des voix, le candidat PS ayant été éliminé dès le premier tour.

Le PS a perdu les sept élections législatives partielles qui ont eu lieu depuis un an
.

Le secrétaire national aux élections du PS, Christophe Borgel, a relevé que malgré ces deux défaites le groupe socialiste à l'Assemblée conservait la majorité absolue avec 292 sièges.

Le PS poursuit sa descente aux enfers
Huitième défaite du PS dans une élection partielle
depuis l’élection de François Hollande

Suite à la démission de Jérôme Cahuzac, le ministre du budget qui avait menti devant l’Assemblée Nationale, en déclarant qu’il n’avait pas de compte à l’étranger, une élection législative partielle était organisée dans la 3ème circonscription du Lot les 16 et 23 juin 2013.

17 candidats étaient en lice pour conquérir le siège du député démissionnaire qui ne se représentait pas. Outre que le PS a été éliminé dès le premier tour, le fait marquant de cette élection a été la remontée spectaculaire du FN qui a obtenu 47% des suffrages exprimés au second tour.

Bien que personne ne l’ait évoqué, il me semble impossible que l’adoption du mariage pour tous n’ait joué aucun rôle dans le score obtenu par le Front National, seul parti favorable à l‘abrogation de la loi.
Les élections suivantes nous diront si comme je le pense, le PS et les partis qui l’ont suivi, ont creusé leur tombe avec le mariage homo.


UNE AFFICHE DE FILM HOMO CENSURÉE

AFFICHE HOMO.jpg

Les affiches du film L'inconnu du Lac ont été retirées à Versailles dans les Yvelines et à Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine. L'inconnu du lac raconte l'histoire d'une communauté homosexuelle, installée au bord d'un lac, mais plus que le propos, c'est l'affiche qui semble poser problème. Celle-ci représente en effet deux hommes en train de s'embrasser, tandis qu'à l'arrière-plan (en haut et à droite de f'affiche),  une autre scène évoque une fellation.
Une vingtaine d'habitants de Saint-Cloud auraient fait pression sur leurs élus pour obtenir le retrait de l'affiche tandis que le maire de Versailles affirme que le retrait a été décidé par l'afficheur, JC Decaux, ce que ce dernier dément formellement.
Ce retrait a déclenché l'ire des défenseurs du mariage gay, de ceux qui soutiennent le film et des associations de lutte contre l'homophobie, qui ont appelé à manifester devant les mairies de ces deux villes, en organisant un “kiss-in” consistant à se “rouler des pelles” entre homos sur la voie publique. Manifestation qui a reçu le soutien du festival de cinéma gay Chéries-Chéris, dont la prochaine édition aura lieu en octobre prochain.

Opposés au mariage homo
DES ÉLÈVES D’UN LYCÉE CATHOLIQUE FONT DE LA RÉSISTANCE.....
CONTRE LA DIRECTION DE LEUR ÉTABLISSEMENT
Le Figaro du 11. 6. 2013
                   T-SHIRT MANIF POUR TOUS.jpg
Alors que les établissements d’enseignement catholique constituaient encore tout récemment de solides relais d'opinion du mouvement “La Manif Pour Tous” en diffusant largement mails, consignes et appels à manifester, la direction d'un lycée catholique de Toulouse a renvoyé de cours des élèves portant un sweat-shirt de “La Manif pour tous” figurant un père et une mère tenant leurs deux enfants par la main.

Quinze à vingt élèves qui se sont donné le mot via Facebook se sont présentés en classe avec le fameux sweat-shirt imprimé. Ils rentrent normalement en classe, sans remarque des professeurs mais cinq d'entre eux sont bientôt convoqués devant la responsable de vie scolaire qui leur intime l'ordre de retirer le vêtement, sans quoi ils devraient quitter l'établissement ou aller à l'étude.

Mais rien ne dissuade les élèves à part deux d’entre eux qui acceptent d’enlever l’objet du délit. Les autres se prennent un sermon dans le bureau du dirlo qui les menace d'exclusion de cours, et même de mise à pied, s'ils ne s'exécutent pas.
Toujours récalcitrants, ils sont envoyés en étude et des parents sont appelés par l'école pour les informer de la situation, mais les ados ne faiblissent pas.

Au contraire ils argumentent: «La loi L.141-5-1 de 2004 interdit le port de tenues et de signes ostentatoires religieux mais cette loi ne s'applique que dans les établissements publics, pas dans les établissements privés. Qui plus est, le logo LMPT reproduisant une famille père, mère et leurs deux enfants n'est pas un signe religieux. Ni un signe politique d'ailleurs. Il n'est pas haineux, il ne nuit à personne. On voit bien des élèves en classe avec un T-shirt Che Guevara. Nous ne manifestons pas dans l'école, nous ne troublons pas la vie de l'établissement».

Ils veulent tout simplement réagir à ce qui leur semble «une injustice»: quelques jours auparavant, un camarade de première venu en cours avec ce sweat-shirt s'est vu contraint de l'enlever par la direction, condition sine qua non pour réintégrer sa classe.

Le jour même des faits, un père des élèves concernés est reçu par le directeur de l'établissement. Ce dernier finit par accepter le retour des élèves en cours avec leur sweat-shirt. Finalement le directeur du lycée ne sanctionne pas les élèves mais rappelle son opposition de principe, tout en déclarant qu‘il en a référé au rectorat et à la tutelle de l'école, dont il attend les instructions.
En attendant, cet incident qui a fait grand bruit à Toulouse montre que les adversaires du mariage homo ne le considèrent pas comme une affaire classée.